Index

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


Les Pierres Précieuses


Au mois d'août 1959, la France décida de se doter d'une force de dissuasion nucléaire qui devait se concrétiser quelques années plus tard sous la forme de trois composantes stratégiques:
- une composante aéroportée avec les bombardiers Mirages IV,
- une composante terrestre avec les missiles SSBS (Sol-Sol Balistique Stratégique),
- une composante navale avec les missiles MSBS (Mer-Sol Balistique Stratégique).

Cette décision devait entraîner l'abandon des programmes d'engins nucléaires tactiques dont le missile à statoréacteur SE4500 puis le missile à poudre SSBT Casseur, tous deux de 100 km de portée. La conception et la réalisation de missiles nucléaires à longue portée nécessitait la mise au point de techniques de propulsion, pilotage, guidage et rentrée qui n'étaient pas disponibles en France. Une structure industrielle spécifique fut alors mise en place, la SEREB (Société pour l'Etude et la Réalisation d'Engins Balistiques) ainsi qu'une structure étatique, le GEB (Groupe des Engins Balistiques) créé au sein de la DTIA (Direction Technique Industrielle de l'Aéronautique). Les EBB (Etudes Balistiques de Base) devaient être menées grâce à une série d'engins VE (Véhicules Expérimentaux) tirés, pour la plupart, depuis le CIEES (Centre Interarmées d'Essais d'Engins Spéciaux) au Sahara.

VE9 VE9

Les véhicules d'essais prélimaires

Les premiers essais furent consacrés à la mise au point des techniques de récupération des ogives. Une série d'essais fut tout d'abord réalisée avec des ogives inertes VE8 larguées d'avion en 1960-62, et deux ogives VE9 instrumentées furent lancées par des fusées à poudre. Elles étaient propulsées par le moteur le plus puissant disponible à l'époque, le SEPR 732 de 55 cm de diamètre utilisé comme booster du missile sol-air SE4400.

Le premier véhicule intégré fut le VE10 Aigle, destiné à tester les équipements de télémesure. C'était un engin simplement stabilisé par empennage et propulsé par SEPR 737 Stromboli chargé de 984 kg de Plastolite, mesurant aussi 55 cm de diamètre. Sa charge utile de 360 kg culminait à une vingtaine de kilomètres contre 5 à 6 km pour son prédécesseur. Il fut tiré à quatre reprises en 1960-61, puis deux fois encore en 1963-64 dans une version VE10A (Allégé).

Agate, la première Pierre Précieuse

Le VE110 Agate, était un engin monoétage qui utilisait un moteur bien plus puissant, le NA801 Mammouth hérité du programme SSBT. Ce propulseur de 80 cm de diamètre, chargé de 1900 kg de Plastolite, fournissait 190 kN pendant 18 secondes. L'engin n'était ni piloté, ni guidé mais stabilisé par un empennage cruciforme. Il servit essentiellement à tester une case à équipements récupérable, qui allait ensuite être montée systématiquement sur les véhicules d'essais. Huit exemplaires furent lancés avec succès entre 1961 et 1963.

Une version raccourcie VE110RR (Récupération Rentrée) fut utilisée pour mettre au point les techniques de récupération en mer. Après avoir été programmés au CEL (Centre d'Essais des Landes), quatre tirs furent finalement réalisés en 1963-64 au CERES (Centre d'Essais et Recherches d'Engins Spéciaux) de l'île du Levant.

Topaze, première fusée française pilotée

Le VE111 Topaze, était un engin de même diamètre mais plus court qu'Agate. Il était propulsé par un bloc Soleil chargé de 1500 kg d'Isolane, poudre plus performante que la Plastolite. Doté de quatre tuyères rotatives, c'était le premier engin piloté de la série. Ainsi, il pouvait être tiré depuis un socle alors que les VE10 et VE110 utilisaient une rampe. Ce devait être également le deuxième étage du VE231 Saphir, mais les performances attendues nécessitaient un VE111 comportant 700 kg de poudre en plus. Deux versions virent le jour successivement, le VE111C (Court) à moteur NA802 et le VE111L (Long) à moteur NA803.

Six exemplaires du VE111C, tirés entre fin 1962 et fin 1963, furent consacrés à la mise au point du pilotage par braquage des tuyères. Dix VE111 avaient été prévus pour cela, mais après une série de six succès, il fut décidé de réserver les quatre restants à l'étude du pilotage d'engins plus instables tels que les MSBS. Ces essais, réalisés en 1964 avec la version VE111CI (Court Instable), comportèrent trois succès sur quatre tirs.

Le VE111L fut testé avec succès à deux reprises en 1963-64. Deux autres exemplaires servirent à tester un système complet de guidage inertiel. Ces deux tirs en version VE111LG (Long Guidage) furent également réussis en mai 1965.

Emeraude et la propulsion liquide

La première Pierre Précieuse à propulsion liquide devait utiliser l'expérience acquise par les LRBA avec les fusées Véronique et Vesta. Le VE121 Emeraude utilisait les mêmes propergols (12,8 tonnes d'acide nitrique et d'essence de térébenthine). Le diamètre de l'engin atteignait 1,40 m et le moteur de 280 kN, extrapolé de celui de Vesta, était toujours alimenté par pressurisation des réservoirs. Emeraude était destinée à l'étude de la propulsion liquide de puissance et au pilotage par orientation de la tuyère (tangage et lacet) et gouvernes aérodynamiques (roulis). Lors des essais, Emeraude était surmontée d'une maquette inerte de Topaze.

Les trois premiers tirs, réalisés en 1964, conduisirent à des échecs dus essentiellement à une méconnaissance de l'effet POGO et au ballottement des ergols liquides. Ces défauts purent être corrigés assez rapidement et les deux derniers tirs furent réussis avant mi-1965.

VE231 Saphir Saphir

Saphir, dernier vecteur des Etudes Balistiques de Base

Dans le VE231 Saphir, le second étage devenait actif. Ce véhicule devait permettre l'expérimentation en vol du pilotage d'un engin biétage, de la séparation des étages, du guidage inertiel et de la rentrée de l'ogive. Ces différents aspects furent étudiés à l'étude de trois versions successives du VE231, désignées versions P (Pilotage), G (Guidage) et R (Rentrée).

Trois VE231P furent tirés de juillet à octobre 1965, dont deux avec succès. Six VE231G furent tirés avec succès de mars 1966 à janvier 1967, sur des portées allant de 1500 à 2100 km. Cinq VE231R, sur les six lancés, autorisèrent l'étude de la rentrée d'une ogive à protection ablative entre mars 1966 et décembre 1966.


Le 18 décembre 1961, le Comité des Recherches Spatiales décida de réaliser un lanceur nommé Diamant en remplaçant la charge utile de Saphir par un troisième étage. Un accord fut conclu entre la DMA (Délégation Ministérielle pour l'Armement) et le CNES en mai 1962, et la SEREB fut désignée comme maître d'oeuvre du programme. Il était indispensable de doter Diamant d'un 3ème étage à hautes performances. Le choix se porta un propulseur à structure bobinée chargé de 640 kg d'Isolane et délivrant une poussée de 27 à 53 kN pendant 45 secondes.

Rubis, véhicule expérimental et fusée-sonde

Le VE210 Rubis fut initialement conçu pour expérimenter en vol le largage de la coiffe, la séparation et la mise en rotation du 3ème étage. Il était obtenu en installant la partie haute de Diamant sur un premier étage Agate. Six lancements, dont quatre succès, furent réalisés de juin 1964 à juin 1965 et validèrent l'ensemble du concept.

Quatre autres tirs de Rubis furent réalisés sous la responsabilité du CNES. Le premier était également un vol technologique destiné à la mise au point du satellite D1. Deux vols furent consacrés à des expériences de radioastronomie de l'Observatoire de Paris, et un autre à une expérience allemande de géophysique de l'Institut Max Plank.

Tableaux
a/ Les engins de la SEREB
b/ Lancements des Véhicules Préliminaires
b.1/ VE9
b.2/ VE10 Aigle
c/ Lancements des Pierres Précieuses
c.1/ VE110 Agate
c.2/ VE111 Topaze
c.3/ VE121 Emeraude
c.4/ VE231 Saphir
c.5/ VE210 Rubis
Listes établies par Philippe Jung, Alcatel Space, France


a/ Les engins de la SEREB

Aigle        Agate        Topaze

Saphir
Echelle en mètres


TypeMasse
(kg)
Longueur
(m)
Masse d'ergols
(kg)
Poussée
(kN)
Durée
(sec)
Charge
(kg)
Altitude
(km)
VE91 6857470 4,73306
VE102 2258980 1633020
VE10A 6,96980 16  
VE1103 2008,561 8701901836065
VE110RR2 9007,211 87019018320 
VE111C3 0007,.071 5301203941080
VE111L3 7008,042 25015044410110
VE111LG3 4347,872 25015044360110
VE12118 20017,9312 80028091395 +200
VE231P18 05817,7712 800 + 2 250280 + 15091 + 443651 000
VE231G18 04217,7712 800 + 2 250280 + 15091 + 443451 000
VE231R17 91417,4712 800 + 2 250280 + 15091 + 443361 000
VE2103 4009,611 870 + 640190 +18 + 45352 400
Note : La désignation des engins comportait 3 chiffres :
1/ nombre d'étages
2/ type de propulsion : 1- solide, 2 - liquide, 3 - combinaison liquide/solide
3/ type de contrôle : 0 - aucun, 1 - piloté, 2 - piloté et guidé

b/ Lancements des Véhicules Préliminaires
b.1/ VE9
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
12 Nov 1960HMGVE9 #1Récupération ogiveS
15 Nov 1960HMGVE9 #2Récupération ogiveS

b.2/ VE10 Aigle
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
17 Dec 1960HMGVE10 #1Récupération ogiveSP
19 Dec 1960HMGVE10 #2Récupération ogiveSP
16 Mar 1961HMGVE10 #3Récupération ogiveSP
21 Mar 1961HMGVE10 #4Récupération ogiveSP
05 Mar 1963HMGVE10A #1Technologie, TélémétrieS
02 Nov 1964HMGVE10A #2Technologie, TélémétrieS


c/ Lancements des Pierres Précieuses
c.1/ VE110 Agate
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
03 Jun 1961HMGVE110 #1Technologies diversesS
07 Jun 1961HMGVE110 #2Technologies diversesS
13 Nov 1961HMGVE110 #3Technologies diversesS
17 Nov 1961HMGVE110 #4Technologies diversesS
19 Mar 1962HMGVE110 #5Technologies diversesS
23 Mar 1962HMGVE110 #6Technologies diversesS
18 May 1963HMGVE110 #7Technologies diversesS
21 May 1963HMGVE110 #8Technologies diversesS
19 Nov 1963IDLVE110RR #1Récupération ogive en merEV (explosion)
28 Nov 1963IDLVE110RR #2Récupération ogive en merNon récupéré
28 Feb 1964IDLVE110RR #3Récupération ogive en merNon récupéré
20 Apr 1964IDLVE110RR #4Récupération ogive en merS

c.2/ VE111 Topaze
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
19 Dec 1962HMGVE111C3Technologie, PilotageS
22 Mar 1963HMGVE111C4Technologie, PilotageS
28 Mar 1963HMGVE111C7Technologie, PilotageS
21 Jun 1963HMGVE111C9Technologie, PilotageS
27 Jun 1963HMGVE111C8Technologie, PilotageS
24 Oct 1963HMGVE111C10Technologie, PilotageS
21 Dec 1963HMGVE111L1Technologie, version LS
11 Mar 1964HMGVE111L2Technologie, version LS
04 Jun 1964HMGVE111Ci1Technologie, MSBS 
21 Oct 1964HMGVE111Ci2Technologie, MSBS 
11 Dec 1964HMGVE111Ci3Technologie, MSBS 
15 Dec 1964HMGVE111Ci4Technologie, MSBS 
18 May 1965HMGVE111LG1Technologie, GuidageS
21 May 1965HMGVE111LG2Technologie, GuidageS

c.3/ VE121 Emeraude
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
15 Jun 1964HMGVE121 #1TechnologieEV (guidage)
17 Jun 1964HMGVE121 #2TechnologieEV (explosion)
20 Oct 1964HMGVE121 #3TechnologieEV (mise en pression)
27 Feb 1965HMGVE121 #4TechnologieS
13 May 1965HMGVE121 #5TechnologieS

c.4/ VE231 Saphir
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
05 Jul 1965HMGVE231P #1Technologie, PilotageS
10 Jul 1965HMGVE231P #2Technologie, PilotageEV séparation
09 Oct 1965HMGVE231P #2Technologie, PilotageS (1150 km)
13 Mar 1966HMGVE231G #1Technologie, GuidageS
18 Mar 1966HMGVE231G #2Technologie, GuidageS
29 Mar 1966HMGVE231R #2Technologie, RentréeS
05 Apr 1966HMGVE231R #1Technologie, RentréeS
23 Jun 1966HMGVE231R #4Technologie, RentréeS
05 Oct 1966HMGVE231R #3Technologie, RentréeS
28 Oct 1966HMGVE231G #3Technologie, GuidageS
02 Nov 1966HMGVE231G #4Technologie, GuidageS
02 Dec 1966HMGVE231R #5Technologie, RentréeEV séparation
13 Dec 1966HMGVE231R #6Technologie, RentréeS
19 Jan 1967HMGVE231G #5Technologie, GuidageS
27 Jan 1967HMGVE231G #6Technologie, GuidageS

c.5/ VE210 Rubis
DateSiteVéhiculeMissionRésultats
10 Jun 1964HMGVE210 #1TechnologieS (1800 km)
12 Jun 1964HMGVE210 #2TechnologieS (1800 km)
12 Oct 1964HMGVE210 #3TechnologieSP
18 Dec 1964HMGVE210 #4TechnologieSP
31 May 1965HMGVE210 #5Préparation DiamantS
03 Jun 1965HMGVE210 #6Préparation DiamantS
05 Jun 1965HMGVE210 #7Préparation D1S
30 Sep 1965HMGVE210 #8FU141 RadioastronomieS (1760 km)
22 Apr 1966HMGVE210 #9FU136 Nuages Ba et CuO2S (2035 km)
05 Jul 1967BISVE210 #10FU166 RadioastronomieS (1560 km)


Sommet
de la page

Lanceurs
spatiaux

Véhicules
suborbitaux

Centres de
lancement

English


Adresser commentaires, corrections ou questions à Jean-Jacques Serra <JJ.Serra@wanadoo.fr>